Travail et sécurité en utilisant des outils tranchants.

Le 16 septembre 2008, par James



Les précautions de base a prendre lorsque l’on manipule des outils coupants, machettes, haches, hachettes...

Types de lames et prise en main

Cet article s’applique a tous objets coupant, machettes, haches, hachettes, golok, kukri, parang, bolo, etc.

Tous sont des types de lames avec leurs fonctionnements et leurs pieges, et il convient de prendre son temps pour découvrir la manière dont ils se comportent pour pouvoir travailler en toute sécurité.

Un de nos lecteurs s’est rate comme cela, il coupait, golok en main droite et en allant de l’extérieur vers le milieu, le G est passe a travers le sapin et a fini dans sa main... chirurgie des tendons et tout. il faut toujours couper vers l’extérieur, au moins cela ne peut pas trop venir vous couper ! Hem, lui, il n’aime plus les golok !.

Moi j’avais un kukri cold-steel (un des premiers), et je réduisait des branches de 3/5cm en petit tronçons, ca prend 2/trois coups, tu tiens le morceau devant toi, jambes très écartées, tu met 3 coups a 45 en tournant, et hop, cela prend 3 secondes. Un des coups a pénétré le bois, tourne a 90 dedans, enlevé un gros copeau, et traversé ma paire de chaussures en bout, traverse le dessus du gros orteil jusqu’à l’os. Première leçon : contrôler sa force, la position de la lame !

Cela vient de la géométrie du kukri, qui, avec un tranchant déporté sous l’axe de la poignée, a tendance a accentuer les rotations de manche, si la lame n’est pas bien alignée avec le coup. Les golok y sont moins sujets, car le tranchant est derrière l’axe, ce qui a plutôt tendance a redresser le coup, mais toute lame peut faire de même si on y met trop de puissance. et c’est impossible a rattraper, la poignée tourne réellement dans la main !

Enfin, bon voila, il fallait que je parle un peu de sécurité :

Considérations d’ordre général

Le type d’étui

Certains étuis sont en bois, d’autre en cuir ou plastique. Il est souvent difficile de s’assurer de l’intégrité de l’étui, ce qui laisse planer un danger si on dégaine ou rengaine sans prendre de précautions. Un impact peut des fois facilement les fendre. Certains étuis ne maintiennent la lame que par gravité ce qui peut être un problème si l’on se penche.

Dégainer et rengainer

On fait attention a ses doigts, toujours, on ne les place donc pas au contact de l’étui du cote ou se trouve le tranchant. Donc on retire les doigts du cote tranchant du fourreau, car à force, la lame peut couper le fourreau :

ou alors on fait les choses a la japonaise, comme pour les katana. en appuyant le dos de la lame sur le fourreau. C’est pas parce que la lame est grande sur la photo que cela ne peut pas arriver avec un couteau de 10 cm, cette méthode a l’avantage de ménager le fourreau...

Travail a la hache et machette

on frappe toujours vers l’extérieur, en extension de bras, JAMAIS vers le centre ou vers soi, ou en fermeture de bras. Cela évite que la lame ne puisse revenir vers une partie de votre corps. Il est recommande de s’abaisser, afin de pouvoir bénéficier de la protection du sol

Cela vous évitera de jouer au Rwanda tout seuls. Je vous rassure, les grandes lames comme celles-ci ne sortent jamais de la maison (je dirais même du coffre), c’est plus vraiment socialement accepte comme taille, faisant des plis disgracieux dans les smokings, et j’utilise en général plus petit, même dans le jardin. Le maximum vraiment utilisable c’est dans les 13" de lame, après 17" c’est un peu grand et lourd. Seul exception, le débroussaillage sur commande ;-)

Longueur de lame et de poignée

Le petites lames, en cas de déflection ou de rebond sont plus difficiles a éviter. Les grandes lames peuvent fournir la protection du sol, qui évite que le rebond puisse venir vous toucher.

Pouvoir de coupe

Un outil fort coupant coupe mieux sans fatiguer, mais en cas de ratage se montrera aussi fort méchant.

Les dangers :

  • Rotations et déflections : la lame entre le matériau ou un matériau auquel on ne s’attendait pas , tourne dedans, et ressort , ou rebondit simplement, dans une direction impromptue.. En général, cela arrive lorsque la puissance appliquée est trop forte, ou lorsque le tranchant se trouve en dessous de l’axe de la poignée, et mal aligné par rapport a la direction du coup. Aussi selon le type de lame, les kukri par exemple y sont sujet, si l’on ne s’en sert pas bien.
  • Effet de sabre : Le sabrage consiste a tirer sur la lame au moment ou elle rencontre le matériau a couper.. C’est un mouvement extrêmement efficace, qui peut créer de grosses surprises. La lame passe a travers plus de matériau, et des fois sans s’arrêter...
  • Effet de kukri : C’est une sorte de sabrage a l’envers. Lorsque la lame rencontre le materai a couper, on pousse vers l’avant la poignée, ou on lui donne une rotation vers l’avant. c’est aussi très surprenant.
  • Effet de beurre, ou l’on pousse sur un morceau de bois, et tout d’un coup cela lâche, je m’appuyais sur ma jambe, et je rate la fémorale de peu... qui ne s’est pas fait une balafre comme cela ?
  • Fourreau qui ne bloque pas la lame, on se penche, et zing, 40 cm de rasoir que se barrent vers le sol, et soi même au milieu, éviter de rattraper avec la main et prier pour les pieds et genoux...
  • Energie du matériau : je coupe un tronc déjà en flexion, ou je secoue tellement qu’une branche haute casse, ou je suis dans un bois qui se fend facile,ou l’arbre est incline, ou le morceau est dur et flexible, bref, je me prend un morceau de ce que je coupe dans la tête, cela peut tuer.... Certaines espèces canadiennes sont connues pour cela, l’arbre se fend sur toute la longueur alors que le bûcheron est en train de faire la première fente, et il se prend le bas dans la figure.
  • S’empaler Toujours tout couper au plus bas, et faire attention en se baissant de pas s’empaler sur ses propres piquets que l’on a fait en coupant autour de soi. La protection des yeux est un must dans ces cas.
  • Outil de mauvaise qualité, manche qui se défait, fourreau coupé...
  • Manche trop court : autant la cognée frappe la terre si on se rate, autant la hachette reviens dans les genoux... Il faut donc se baisser, chercher la protection en étant en avant ou au dessus du point de frappe.

Précautions d’emploi :

  • N’avoir aucun membre ou partie de soi au milieu de la trajectoire possible derrière le materiau a couper et a +- 45 degrés autour de chaque cote.N’avoir personne a portée, bras étendus.
  • Couper vers l’extérieur, jamais vers le centre ou vers soi, ou utiliser deux mains. apprendre le comportement des outils neufs doucement.
  • Ne pas donner une lame hors de son fourreau a quelqu’un.
  • ne jamais taper a pleine puissance, cela ne fait pas aller plus vite, et a moins que l’outil soit adapte (cognée) et que l’on ait l’expérience suffisante, c’est très dangereux, et ça fatigue plus vite !
  • Donner des trajectoire aussi parfaites que possible aux lames
  • Eviter que le tranchant ne pénètre avec un angle différent de la trajectoire
  • Quand on est fatigue, on s’arrête, on respire, et on fait autre chose
  • ll existe des positions de protection, on les choisit. (s’abaisser quand on fend du bois avec une lame) couper SOUS les pieds, couper vers l’extérieur, fendre les bûches jambes écartées, la bûche en arrière, etc...
  • Utiliser un bâton de protection en bois dur, il permettra de bloquer les rebonds et réflexions, il permet aussi d’écarter et de maintenir la végétation. !
  • On observe, on réfléchit et on choisit, on ne coupe pas n’importe quoi n’importe comment.
  • On se protège, gants, pantalon kevlar ou pas lunettes, chaussure a coques etc...
  • On répare ou on jette les outils dangereux.
  • On travaille en toute conscience, pas d’alcool ou de psychotrope quelconque, café inclus.
  • On n’oublie pas les scies, qui souvent abattent la même quantité de travail dans les mêmes conditions avec moins de danger et de fatigue...
  • On ne coure pas et on fait attention a son équilibre.
  • On ne fait JAMAIS confiance a quelqu’un d’autre pour la sûreté de ses mouvements.
  • Avoir de quoi assurer les premiers secours auprès de soi.

Pour les petites lames et les pliants :

Dangers

  • Position de coupe en poussant mauvaise.
  • Verrou qui casse, glisse ou lâche
  • Lame qui casse

Précautions

  • Quand on coupe quelque chose en poussant on essaie de pas être derrière, on utilise une planche, ou on tourne le couteau dans sa main et l’amène bloque sur sa poitrine, lame vers l’extérieur, et on tire avec l’autre main qui tient le ou materiau a couper, ce qui est une position très forte, le genou en position accroupie a la place de la poitrine est aussi un bon point de force..
  • on ne fait JAMAIS confiance a un pliant pour la tenue de son verrou, quel que soit le modèle et le marketing associe.

Bon, en théorie vous le saviez déjà. Je le sais, et je me fais encore des fermetures éclair (en oubliant de manière évidente une des règles).

en addition, voici une liste de règles que l’on donne aux macheteros professionnels :

  1. Utilisation des équipements de protection suivants :
    1. Bande antidérapante sur le manche (grip de raquettes de tennis) ;
    2. Chaussures de sécurité montantes ;
    3. Protèges-tibia ;
    4. Casque ;
    5. Kit de premiers secours à proximité ;
    6. Fourreau ;
    7. Gant pour la main opposée.
    8. Utiliser un bâton de protection. C’est un bâton avec un "crochet" au bout tenu dans la main opposée à la machette qui sert à prévenir les blessures aux membres inférieurs, réduire les risques de rebonds et équilibrer le corps ;
  2. La pointe de la machette doit être ronde ;
  3. Les machettes doivent être inspectées avant le travail. Les machettes endommagées doivent être remplacées ou réparées. Garder les tranchants aiguisés ;
  4. Les fourreaux doivent être transportés tout le temps et doivent être utilisés quand la machette n’est pas utilisée ;
  5. Les macheteros doivent être séparés d’au moins 3 mètres (5 mètres recommandés) ;
  6. Les macheteros doivent inspecter la zone de travail et prévenir les autres avant de commencer à couper. Toujours prévenir les macheteros avant de rentrer dans leur zone de travail ;
  7. Le premier coup doit être "non puissant" sert à tester la résistance ; Dans les zones d’herbes hautes, utiliser le bâton de protection et les machettes larges de débroussaillage.
  8. Ne jamais frapper vers le bas du corps.

Post-Scriptum :

Dans l’espoir d’éviter ainsi des incidents et accidents.

par James

Le site est affiché en français avec ses sections françaises seulement, sachez qu’il existe cependant beaucoup à découvrir dans la version Anglaise.

À propos de cet article

James
Dernière mise à jour le :
30 septembre 2008
Statistiques de l'article :
popularité: 5 /100
1529 visiteurs cumulés
Toutes les versions de cet article :
English
Écrire une nouvelle traduction de cet article

Mots-clés :
, , , ,

Dans la même rubrique

Travail et sécurité en utilisant des outils tranchants.
Comment choisir Les outils coupants pour utiliser dans les bois.
Affilage, aiguisage et affûtage des couteaux ou comment faire pour que ce couteau coupe !