Une revue des
Pyrobarres
et comment les utiliser

Le 20 décembre 2007, par James, OldJimbo



Une revue détaillée des barres à étincelles (pyrobarres, ferrocerium, firesteel, allume-feu, pierres à feu) et des conseils pratiques sur leur utilisation.

Nous avons choisi de faire un peu de recherche sur les outils pour démarrer un feu en utilisant des mèches naturelles ou artificielles.

Pour la suite, nous appellerons pyrobarre les barres à étincelles aussi connues sous le nom de barres de ferrocerium, firesteel, ferro rod, allume-feu, pierre à feu, pierre a briquet (même matière en plus petit)... Nous appellerons mèche la substance fine qui sert a recueillir l’étincelle (l’amadou par exemple).  [1]

Pourquoi une pyrobarre ?

La question revient souvent de pourquoi ne pas juste utiliser des allumettes ou briquets jetables.

Les allumettes a allumage universel du type "strike anywhere" peuvent êtres trempées dans la cire et conservées dans une boite étanche. C’est un système qui marche, cependant la quantité est limitée, une boite typique contient 25 allumettes, et alors que l’on peut toujours emporter plusieurs boites, il est peu probable que l’on en ait plusieurs sur soi.

Les briquets jetables marchent au butane, dont on peut arriver a bout. Dans ce cas, il peut être difficile de trouver une mèche qui s’allume avec une si petite étincelle. Plus probable est la possibilité de mouiller le briquet, car bien que le briquet soit étanche, il faudra bien 200 essais dans des conditions sèches et chaudes pour refaire des étincelles a nouveau, après avoir secoué le briquet 3 minutes pour en chasser l’eau. (cela n’arrive pas avec le spark lite qui bien que ressemblant a un briquet, fait des étincelles rapidement après avoir été mouillé)

Les briquets jetables sont généralement durables. Certains résisteront a une chute sur du béton - alors que d’autres de la même marque partiront en pièces détachées au moindre choc. Si vous voulez utiliser les étincelles d’un jetable, il faudra enlever la protection métallique, ce qui rend le briquet BIEN plus fragile et sujet aux chocs. Il partirons tous en morceaux à la première chute, les rendant inutilisables.




image

Les briquets, après avoir enlevé la protection pour faire des étincelles, après deux chutes sur sol dur.



L’avantage d’une pyrobarre, même petite, et qu’elle donnera des milliers d’étincelles. Avec moins de 3 essais (au pire) après voir été trempée et secouée pour chasser les plus grosses gouttes d’eau.




image

Les cinq outils testés sont (de gauche a droite) pyrobarre ANEW (Greg’s) (trouvable sur www.brisa.fi, Pyrobarre magnésium Coglan, Pyrobarres "Camper’s Village, Blastmatch et Strike Force :





Ici vous pouvez voir la quantité de ferrocerium que vous avez avec une barre de 9,5 mm (3/8") (en haut) , une de 12mm (1/2"), et un Epcamps 12cm (1/2") (en bas). Rappelez vous que quand on rajoute du rayon a un cylindre le volume augmente fortement, donc les 12mm contiennent 2/3 de plus que les 9,5 mm et sont aussi bien plus lourds. Enfin, ca se voit bien sur les photos.



La première considération est la solidité. tous les cinq ont été testes en les faisant tomber 100 fois d’une hauteur de deux mètres sur un sol en béton, dont 25 fois pour exposer les extrémités et 25 pour exposer les milieux.



Solidité



Tous les tests sont fait a -15 C pour avoir une idée de la solidité des colles, barres, plastiques.



Pyrobarre magnésium Coglan’s


Ce pyrobarre particulier s’est séparé du magnésium à sa première chute de la hauteur de la poitrine. Les conditions étaient froides, et la colle n’a pas tenu. A cause de cela il n’a jamais fait partie du test. Alors qe rien n’a cassé, cela montre qu’un coup fort peu résulter en la perte du pyrobarre, puisque seul le magnésium est attaché à la chaine. A moins que le pyrobarre soit recollé ou que le tout soit transporté dans une pochette, la construction doit être considérée comme hasardeuse.




image



Pyrobarre générique et son grattoir


Celui-ci se cassa - mais pas dans le test de chute de 2 mètres, il cassa dans une chute de 10 mètres, en conditions extrêmement froides. Il est tentant de considérer ces barres comme incassables, mais il semble que ce soit des poudres compressées... Les deux sections étaient utilisables. Ce n’est pas représentatif d’une chute de hauteur d’homme, il a fallu plusieurs chutes a -15 et de 10 m pour les casser. Le point important, c’est que l’on peut casser la barre en deux si besoin est pour partager avec une personne blessée et celle qui part chercher de l’aide


image



Le Strike Force


Comme on va le voir, les dommages sont minimes et seulement cosmétiques. Elle peut être considéré comme une pyrobarre extrêmement résistante.



image

Un coté avec de petits dommages cosmétiques.





image

L’autre coté montrant de petits dommages cosmétiques.





image

La section centrale, pas vraiment plus endomagée





image

L’aut’re coté de la section centrale.






Le BlastMatch


La boite ne reçut que des dommages mineurs, le capuchon qui tient la barre s’étant cassée, malheureusement, le grattoir tomba aussi. Alors que le pyrobarre est parfaitement utilisable avec un grattoir alternatif, tel que le dos d’un couteau, il y a bien un problème de design, car le centre de gravité fait que le système tombe toujours sur le capuchon.



image

Le capuchon cassé





image

Le grattoir et son assemblage qui se détacha.






Pyrobarre The ANEW (Greg’s) (Gros pyrobarre)

Il se cassa à cause de sa taille et de sa masse. Une fois cassé, les pièces ne se casseront plus. Les deux morceaux etaient utilisables pour allumer un feu.


image






Le Spark-Lite

Beaucoup de monde s’est intéressé à celui-ci, Le Spark-Lite n’a pas les problèmes des briquets jetables quand il est mouillé. Beaucoup d’utilisateurs ont essayé le test de le faire tremper, et ont trouvé qu’il suffisait de le secouer. Même résultat pour l’eau salée les rapports de solidité semblent bon aussi.





Conclusions :


Le test portait sur un petit nombre de marque avec seulement un produit de chaque type, mais il permet de présenter quelques suggestions :

  1. Le seul défaut sérieux est la perte de la pyrobarre sur le Coglan magnésium. Très gênant car seul le magnésium est attaché a une chaine.
  2. Le Strike Force est TRES robuste, en dépit d’opinions variés qui disent le contraire.
  3. Une pyrobarre entière bien que cassable est très solide, et le fait quíl soit cassable peut être avantageux.
  4. Le BlastMatch qui s’est cassé en tombant reste parfaitement utilisable avec un autre grattoir.

La conclusion générale de tout ceci est que la pyrobarre est le bon moyen pour allumer uun feu avec certitude. Si vous aimez le magnésium, soyez surs que vous pouvez le vérifier et recoller (NOTE, les pyrobarres magnésium de la marque DOAN n’ont pas montré le même problème dans des tests subséquents faits a la demande du fabricant). Vous pouvez aussi récupérer du magnésium de diverses sources et faire vos propres bâtons en complément de votre pyrobarre préférée.

Le BlastMatch est un bon système pour ceux qui ne pratiquent pas trop, il est simple a utiliser et effectif. Juste rappelez vous de sa relative fragilité

Le Strike Force est super ! Très efficace grâce à l’épaisseur du bâton, et bien résistant. Dans le froid, le fait qu’íl est facile a tenir, et que le plastique isole bien du froid du métal est a considérer.

La pyrobarre Camper’s Village est bien et peu chère. Dommage qu’ils n’aient plus la version épaisse, la fine est plus difficile a utiliser sur du matériau humide sans beaucoup de pratique.

Le Spark-Lite est facile a utiliser avec la mèche fournie, une raison pour laquelle c’est un choix pour apprendre aux plus jeunes a allumer un feu car il ne nécessite pas d’outil coupant.

La grosse pyrobarre ANEW est a mon avis la meilleure pour mes conditions. C’est la barre la plus compacte, qui permettra d’allumer de la mèche naturelle sans utiliser de magnésium ou d’autre mèche non-naturelle. Les batons plus fins ne soutiennent pas la comparaison sur de la mèche naturelle et humide. Bien que le BlastMatch et StrikeForce fassent plus étincelles, leur masses et poids rendent certain le fait que je ne les aurais pas sur moi quand j’en ai besoin. Je me suis aperçu en le cassant que je préfère un morceau plus court, un morceau de 10 cm peut être coupé en deux, et un bout de tuyau léger utilisé comme poignée.



Mesures




Blast Match

1/2 " rod x 2"

Length : 10.2cm 4"

Width : 3.4cm 1.3"

Thickness : 2.55cm 1" widest

83.7 g (76.6g listed) 2.95 oz (2.7 oz listed) total



Coglin’s Magnesium Fire starter

Length : 8.75 cm (3.05") ferrocerium -1/8" rod x 3"

Width : 2.85cm (1.11")

Thickness : 0.95cm (0.37")

Weight : 45.1g 1.59oz



Strike Force

1.9"x1/2" rod exposed

Overall length : 12.75cm 5"

width : 3.2cm 1.2" (not counting rib)

Thickness 2.2cm 0.87" (not counting rib)

Weight : 103.5g (104.9 listed) 3.65oz



Campers Village

1.8"x1/4" rod exposed

Length : 8cm 3.15"

Width : 0.95" widest (blue handle)

Thickness : 1.7cm 0.65" widest (blue handle)

28.9g 1.02oz


Anew (Davenport)

4" x 3/8"

54.7g 1.93oz



Commentaires généraux :

Les différences en poids ne sont pas grandes, peut être le plus important est de savoir comment on va transporter les pyrobarres sur soi. Le Stike Force est juste trop gros pour une poche, le BlasMatch, pas loin derrière. Le ANEW peut être mis dans une poche, quoi que une poche de ceinture puisse être plus agréable, Le Camper’s Village et Coglin’s tiennent bien en poche.

A noter que le Camper’s Village et le Coglins sont plus fins et rendent l’allumage de mèche humide plus difficile. Cela est spécialement vrai pour le Coglins, alors que le magnésium marche bien, et est facile a gratter du bloc, il est difficile dén faire un pile la ou vous en avez besoin, dan de la mèche de cèdre (il passe a travers), ou dans des conditions ventées - où il s’envole



Post-Scriptum :

Traduit par James du super article de Oldjimbo OldJimbo’s site.

Notes :

[1] ferrocerium composition : Iron 18. 1 à 19. 3%, Magnesium 3 à 4%, Rare earth metal distribution : Cerium 49 à 51%, Lanthanum 26 à 34%, Neodymium 0 à 10%, Praseodymium 4 à 7%

par James, OldJimbo

Le site est affiché en français avec ses sections françaises seulement, sachez qu’il existe cependant beaucoup à découvrir dans la version Anglaise.

À propos de cet article

James
OldJimbo
Dernière mise à jour le :
7 avril 2008
Statistiques de l'article :
popularité: 6 /100
3562 visiteurs cumulés
Toutes les versions de cet article :
English
Écrire une nouvelle traduction de cet article

Mots-clés :
, ,

Dans la même rubrique

Une revue des Pyrobarres et comment les utiliser
Haches, hachettes et quelques trucs
Connaissances Indigènes Par l’Office National du Film du Canada
Vidéo : Le feu par friction
Le bois gras ou résineux
Le briquet à air comprimé ( piston a feu ou encore pompe à feu)
Le feu avec du silex, de la marcassite, et de l’amadou